• Accueil
  • > Recherche : petit lac oran

Résultats de votre recherche

Et toujours des voeux

Posté par ENO filles le 3 janvier 2012

Les cartes virtuelles ça marche fort. Les Français sont champions du monde du voeux animé.

La preuve!

Certains pensent que le papier a été abandonné mais les papeteries affichent des rayons de cartes dévastés.

Donc pas de soucis réel. Le papier restera encore longtemps un support privilégié en particulier par sa pérennité dans le temps.

Mais ce support a des contraintes non négligeables et une surtout dont personne n’ose parler: le coût:

cartes superbes, créatives, colorées, animées, etc.. mais de plus en plus chère.

La carte virtuelle offre de nombreuses possiblilités:

Celui qui est pressé ou doute de ses capacités créatives en trouve une gamme extraordinaire sur le WEB

Celui qui a un peu plus de temps et qui a envie aussi de se faire plaisir en créant peut se lancer dans l’aventure

Tous ont cependant le désir de prouver leurs sentiments et de dire à l’autre qu’il pense à lui.

Et si les cartes que vous recevez vous plaisent, imprimez-les et rangez-les en bonne place dans votre boite de souvenirs comme je le fais, ou affichez-les à votre gré. Le résultat est le même…. Avec en moins le coût du timbre.

Je suis très contente de celles que je reçois et je vous en présente quelques-unes dans ces derniers articles avec quelques petits aménagements pour vous les faire mieux apprécier.

Même les organismes officiels s’y mettent.

Et toujours des voeux dans 2011 Voeux-2012

 

réveille-le-magicien dans 2012

joyeux-noel dans Fêtes

carte-de-Pierre-Darnaud dans Noel

voeux-de-Yo dans Nouvel An

voeux-Monique dans Voeux

A-very-greeting-card-for-you

A suivre…. nous avons 2 mois pour les envoyer…. mais mon blog sera saturé avant!

 

 

 

Publié dans 2011, 2012, Fêtes, Noel, Nouvel An, Voeux | Pas de Commentaires »

Dimanche 27 novembre… Le temps de l’Avent

Posté par ENO filles le 27 novembre 2011

20111201lavent.jpg

Et re-voici l’Avent.

Quatre semaines pour se préparer ! Quatre semaines qui commencent le quatrième dimanche précédant Noël.

Le premier dimanche de l’Avent, qui tombe cette année ce dimanche 27 novembre.

Le temps de l’Avent est celui d’une atmosphère particulière car c’est celui qui prépare la venue de Jésus. Ferveur, amour, c’est aussi le temps privilégié des réjouissances familiales, le temps de se rapprocher de ceux que la vie garde auprès de nous mais aussi de ceux dont elle nous a séparés., J’ai développé longuement ce thème dans mes précédents articles. C’est dans un climat de bonheur et d’amour que doivent se dérouler ces journées qui précède l’arrivée de l’enfant-roi. C’est le signal de départ des préparatifs de Noël.

 Le calendrier de l’Avent

L’enfant doit être « sage » pour avoir droit aux cadeaux. Et cela chaque jour… C’est un peu une inquiétude pour lui car il sait bien qu’il ne va pas être facile de résister aux tentations et aux bêtises… Le calendrier de l’Avent est depuis toujours l’allié des enfants car il adoucit leur attente. Ne l’oubliez pas. Fabriquez-le avec lui si vous en avez le temps. Mais ce qui se cache derrière sera chaque case sera un secret qu’il devra découvrir chaque jour. L’attente du plaisir est déjà le plaisir. Le chocolat du jour ne suffit pas. On peut lui ajouter : des jeux, des images, des histoires, etc…. Le plus simple : des paquets-cadeaux suspendus dans le sapin, dans la chambre de l’enfant ou ailleurs avec le numéro du jour. Les calendriers du commerce sont trop petits.

 Des cartes à envoyer

Comme chaque année les cartes virtuelles les plus extraordinaires nous sont proposées pour fêter cette période.  En voici une pour vous. Attention! elle ne sera active que le 1er décembre.

carteavent1.jpg

La crèche de Noël Le 1er dimanche de l’Avent est la date idéale pour commencer la crèche dans sa maison : l’étable, l’âne et le bœuf, ainsi que Marie et Joseph. Mais pour mettre l’enfant Jésus, il faudra bien entendu attendre jusqu’au quatre décembre.

 Sur la table  La couronne avec ses quatre bougies qui représentent les quatre semaines de l’Avent. On en allume 1 chaque dimanche.

Le sapin Si vous avez de jeunes enfants il serait bien de le commencer aussi ce jour-là afin qu’il puisse le décorer tranquillement, peut-être à l’aide de ce qu’il aura trouvé dans le calendrier de l’avent et qu’il fabriquera avec vous au cours de ces quatre semaines.

Le quatre décembre N’oubliez pas de planter le blé de la Sainte Barbe.

Un petit conseil: faites-le tremper dans l’eau légèrement tiède 24 heures avant. Dans le verre, les grains morts flottent sur l’eau. Vous pourrez les retirer avant de faire votre plantation. Coton ou terre c’est comme vous voulez… je préfère la terre

La célébration de sa fête est associée à des rites de fécondité, d’où le proverbe :

« Blé de la Sainte Barbe bien germé est symbole de prospérité pour la prochaine année ».

On sème le blé dans des coupelles sur lesquelles on dépose du coton humecté le 4 décembre. Le 25 décembre ces mêmes coupelles couronnées de ruban rouge sont déposées sur la table et autour de la crèche.

Les cadeaux   En référence aux présents des Rois Mages à l’enfant Jésus, la tradition veut que l’on s’offre des cadeaux à l’occasion de Noël. Pour les enfants on a remplacé la famille et les amis par le Père Noël. Notre époque n’est pas propice à la croyance en ce mythique personnage. Mais puisque dorénavant il existe, tâchons de ne pas trop écorner son image. Pour les grands, faites comme vous l’entendez. Avec un peu d’imagination la distribution de cadeaux peut prendre différents visages. Si vous faites partie de ceux qui n’aiment pas la fête de Noël, essayez de donnez du sens à cette affirmation. Quand vous aurez éliminé tout le contre il restera : l’amour, le don et le partage.

Mes précédents articles sur NOËL:

Retrouvez tous les liens dans le blog répertoire en cliquant ici 

Mes sources: 

Les conseils de l’Internaute

Les cartes de l’’Internaute http://www.linternaute.com/cartes

Publié dans 2011, Noel | 2 Commentaires »

FORUM QUESTIONS REPONSES

Posté par ENO filles le 21 novembre 2011

1animationfoirequestions.gif

  * Je reçois de nombreuses questions par email personnel. Afin de me permettre d’en faire profiter tout le monde merci de me poser vos questions ici

  *Si vous voulez être informé(e) des derniers articles parus vous pouvez le demander en cliquant également ici

Voici quelques éléments de réponses qui pourront vous être utiles

Je commence par la plus importante:

*LE BLOG NE S’OUVRE PAS 

* « Espace réservé » : Si vous lisez ce message lorsque vous ouvrez le lien : Revenez plus tard, le blog est en maintenance.

* POUR OUVRIR UN LIEN

Déplacez-vous dans le texte et cliquez sur la petite main lorsqu’elle apparaît.

*POUR OUVRIR LES PIECES JOINTES (diaporamas et autres)

 Ne pas ouvrir directement, c’est trop long.

Choisir : Enregistrer sous… mettre sur le bureau (ceci vous permettra également de les conserver)

Et ensuite aller l’ouvrir sur le bureau.

*POUR LIRE LES DIAPORAMAS OU PPS

Cliquez comme ci-dessous sur l’une des deux icônes

lireundiaporama.jpg

* SI VOUS NE POUVEZ PAS OUVRIR UN DIAPORAMA

1° Vérifier l’absence du logiciel Microsoft Powerpoint dans les programmes de votre ordi

2° Dans ce cas il faut télécharger la visionneuse powerpoint  qui vous permettra de les lire – C’est gratuit

*** Voici le site de téléchargement le plus sûr: microsoft.com/downloads

-Allez sur le site…

-Cliquez sur télécharger/ Puis enregistrer sous.

 En haut dans la bande blanche sous « enregistrer sous » commencer à taper bur …. Le mot bureau doit s’inscrire tout seul

Cliquez en bas sur enregistrer. Ensuite allez sur le bureau

-Double clic/ clic sur exécuter

Suivre les instructions

- Ensuite clic droit sur le pps enregistré  et sur ouvrir avec… visionneuse PowerPoint

* LE LIEN VERS UN DIAPORAMA A DISPARU

Malheureusement mon hébergeur de diaporamas a mis la clé nsous la porte. Il faudra que je les réinstalle. Merci de me signaler le lien qui ne marche plus.

*ECRIRE UN COMMENTAIRE

SVP !!! Merci de le poster au bon endroit !!!

Cliquez sur écrire un commentaire – N’ayez pas peur d’indiquer votre email. Il n’apparaitra pas sur le blog. Seulement il arrivera dans ma messagerie pour que je puisse éventuellement approuver sa diffusion.

Si vous avez fait une erreur dans votre commentaire je peux aussi le corriger pour vous ou le supprimer. Il suffit de me le signaler.

* RECHERCHER UNE PERSONNE

Laissez un message sur le livre d’OR,  visible de tous les volets du Blog

* RECHERCHER RAPIDEMENT UN ARTICLE DANS TOUT LE BLOG

 Cliquez sur le livre animé pour vous rendre sur le Sommaire du blog. Les liens vers les articles y sont classés par thèmes.

* NAVIGUER DANS LE BLOG-SOMMAIRE

* Pour ENTRER DANS LE LIVRE cliquez sur le lien  « Le petit monde des Claudines à l’école« . Vous y êtes?

* A droite vous avez les pages qui contiennent toutes les INFORMATIONS GENERALES ainsi que les OUTILS POUR LA RECHERCHE et POUR ME CONTACTER.

* LES PAGES (vous pouvez aussi y accéder directement en cliquant sur les liens ci-dessous)

Lisez ou relisez attentivement ces pages.

AU-DESSOUS dans la rubriqueTOUT EST LAvous pouvez sélectionner un thème.

Vous accédez au contenu du thème recherché qui contient tous les liens pour naviguer sur le blog.

IMPORTANT! Dans le Livre Sommaire et dans les pages de présentation, les commentaires sont désactivés.

En ce qui concerne la navigation dans les volets du blog, la procédure est inchangée.

 Si un lien n’est pas ou plus actif merci de le signaler ici boutonclignotant.gif

 

 

 

 

 

Publié dans | 18 Commentaires »

Dimanche 13 novembre, French Kindness Day

Posté par ENO filles le 13 novembre 2011

Osez la gentillesse!

« Le plus court chemin d’une personne à une autre… c’est un brin de gentillesse»

animation1.gif

  Et voici maintenant une nouvelle journée qui nous est proposée.

  Une journée pour être gentil, une journée sur trois cent soixante cinq et même six selon les années?

  Je ne peux que citer ce qui est écrit sur le site Dromadaire:

  « Non bien sûr ! C’est tous les jours que les personnes de bonne volonté contribuent, par de petites attentions et par leur amabilité, à rendre plus agréable la vie en société. Alors pourquoi valoriser cette notion de gentillesse en lui consacrant une journée ? Parce qu’il n’est pas inutile de combattre l’individualisme ambiant en rappelant les valeurs fondamentales ».

 De par le monde le  « World Kindness Day » est fêté et connu depuis quelques années. Mais les Français dont je suis, ne le découvrent que depuis peu.

Mais pourquoi cette manifestation programmée?

 Sans doute parce que cette notion est très souvent, trop souvent malmenée  par les individus et de nos jours  elle est essentielle pour redonner un sens au terme « société ».

Dans les années 1960 un mouvement s’est créé, le « Small Kindness Movement of Japan« , dont l’objectif était de demander à chacun de prendre soin des autres et de le manifester par de petites attentions.

Le mouvement s’est ensuite étendu à d’autres pays.

En 1998, une conférence à Tokyo officialisa la création de cette journée.

Et depuis, partout dans le monde elle est à son tour  fêtée.

Mais quand on dit de quelqu’un qu’il est « gentil » ce n’est pas forcément un compliment car c’est souvent associé à d’autres « qualités » telles que « pas intelligent », naïveté, incapable de se faire respecter, bêtise…

« L’amabilité est la gentillesse des gens qui n’ont pas de cœur. »Philippe Bouvard

« Sagesse, beauté et gentillesse ne font bouillir aucun chaudron. »

« Trop bon, trop c.. » disait ma grand-mère. Et encore « Fais du bien à Jean, il te le rend en ch…. » Je ne fais que citer.

Et on a même parfois tendance à respecter davantage les « méchants » et à leur attribuer intelligence, force et compétence, richesse et célébrité.

On nous enseigne à ne pas croire ni à respecter les « gentils ».

« Une certaine qualité de gentillesse est toujours signe de trahison. » François Mauriac

« La gentillesse est la forme la plus aboutie et la plus efficace de la malice. » Serge Uzzan

Dans le monde du travail, des affaires ou de la politique, « les lions sont lâchés » 

Il existe pourtant une autre façon de voir les choses :

« La gentillesse est la noblesse de l’intelligence. » Jacques Weber

« Chez n’importe quel homme, il reste toujours une part de gentillesse et de pureté. Ce n’est que quand il a perdu ça qu’il a tout perdu. » Francis Ford Coppola

  En 1971, j’enseignais dans une classe de CM² et j’entretenais d’excellents rapports avec mes élèves, basés sur la confiance, la liberté d’expression, l’autonomie, la compétition sans rivalité, le partage, la mise en commun, l’échange et la  participation en même temps que la recherche d’une méthodologie personnelle efficace.

Ce n’était pas les pratiques de l’époque et si les résultats des enfants étaient excellents (tous mes élèves ont été admis en 6eme), les parents étaient un peu décontenancés. Lors d’une semaine d’absence, mes élèves ont été pris en mains par une instit un peu sévère et plus respectueuse des « traditions ». A mon retour, lorsque je demandais aux enfants comment s’était passée cette semaine ils m’ont répondu en chœur : « C’était une vraie maîtresse. Elle était sévère et nous donnait des punitions ». Alors je leur ai répondu que puisqu’ils aimaient ça, j’allais faire comme elle désormais. Mais là heureusement, j’ai entendu un grand cri « NON ! »

Etre gentil ne veut pas dire être faible ou naïf. C’est de la gentillesse du cœur dont je parle, de l’écoute des autres, de la compréhension, de la tolérance, de la générosité.

Le vocabulaire de la gentillesse

amabilité, chaleur, délicatesse, bienveillance, complaisance, bonté, indulgence, générosité, douceur, galanterie, attention, sympathique, affabilité, obligeance, indulgence,  gentillesse gratuite, cordialité, courtoisie, tendresse… être avenant, serviable, sage, poli, gracieux, attentif, faire un geste…

  « Agis avec gentillesse, mais n’attends pas de la reconnaissance. » Confucius

Je ne suis pas sûre que l’on en recueille directement et immédiatement les fruits. Mais ça vaut le coup d’essayer et de persister. Il faut faire confiance au sens de l’imitation et résister à l’agressivité ambiante qui dégrade les relations les plus proches comme les plus éloignées.

 Ce que nous gagnons à coup sûr, c’est l’estime de nous-mêmes et la certitude d’avoir essayé.

Un sourire génère un sourire et adoucit notre quotidien. Comme l’écrit Raoul Follereau:

Un sourire ne coûte rien et produit beaucoup,
Il enrichit celui qui le reçoit sans appauvrir celui qui le donne,
Il ne dure qu’un instant, mais son souvenir est parfois éternel,
Personne n’est assez riche pour s’en passer,
Personne n’est assez pauvre pour ne pas le mériter,
Il crée le bonheur au foyer, soutient les affaires,
Il est le signe sensible de l’amitié,
Un sourire donne du repos à l’être fatigué,
Donne du courage au plus découragé
Il ne peut ni s’acheter, ni se prêter, ni se voler,
Car c’est une chose qui n’a de valeur qu’à partir du moment où il se donne.
Et si toutefois, vous rencontrez quelqu’un qui ne sait plus sourire,
Soyez généreux donnez lui le vôtre,
Car nul n’a autant besoin d’un sourire que celui qui ne peut en donner aux autres
Raoul Follereau.

Les termes de politesse doivent être enseignés et jamais oubliés. Aux adultes de montrer l’exemple.

 Alors même si l’on ne croit pas à la vertu de ces journées, il faut penser que derrière il y a ceux qui l’ont créée avec les meilleures intentions du monde.

Pour vous que je connais et pour ceux qui vont passer par hasard sur ce blog, voici cette petite carte qui vous assure de ma volonté d’aimer et d’être aimée.

animation2.gif

Bonne journée à tous.  

Mes sources

* Magazine Dromadaire

* Dromadaire.com Amitié

et des tas d’autres dans mes livres, mes souvenirs et sur le WEB

Publié dans Gentillesse, Journées particulières | 2 Commentaires »

L’anisette Pieds Noirs lé là !

Posté par ENO filles le 28 octobre 2011

Un message de Serge:

 » si ça vous intéresse, mais je sais que certains d’entre vous, ont déjà leurs fournisseurs ………. Bonne journée »

L’anisette Pieds Noirs lé là !

image1.jpg

Oui l’anisette de chez nous on peut la fabriquer à moindre coût (Environ 5 € le litre !)

*RECETTE pour achat de l’extrait

1ère solution :

* sur Google recherche extraitdepastis.com

* clique sur la boutique.

* clique sur « extrait d’anis blanc »

* le lot de 20 dosettes (pour faire 20 litres d’anisette)
coûte 23€90.

l’envoie par la poste en lettre M (max) coûte 3€25.

* ouvrir un compte pour commander …… et commandez …….

2eme solution:

Beaucoup plus simple pour ceux qui ne maîtrisent pas
parfaitement l’ordinateur ou qui n’aiment pas acheter en ligne.

Envoyer un message a Mr André ROSSE : essor66@gmail.com.

Commander « 20 dosettes d’anis blanc » – attention à ne pas faire d’erreur de commande

Coût total pour la commande 23,90 € + 3,25 = 27 €15 (pour faire 20 litres d’anisette)

Envoyer un chèque de 27€15 à :

Mr André Rosse

40 rue Coste Rousse

66 600 PEYRESTORTES

* Et enfin la RECETTE pour fabriquer l’anisette

1/ verser une dosette d’extrait d’anis dans 1/2 litre d’alcool a 90° (alcool pur bien sûr !!!! si votre pharmacien préféré accepte de vous en fournir !!!!)

2/ dans 1/2 litre d’eau ajouter 9 morceaux de sucre blanc, faire tiédir et bien agiter pour faire fondre le sucre.

3/ mélanger le tout, laisser refroidir …. et dégustez … avec une bonne kémia  bien sûr !

kemia.jpg

UN RÉGAL ! ! ! ! ! ! ! !

ndlr: mais Attention à la consommation d’alcool! 05.jpg

animation11.gif

* Souvenirs pris sur le WEB

L’ANISETTE.. une boisson qui évoque le soleil et l’Algérie..

Nous allons vous parler de cette boisson l’Anisette, car en ces périodes de fêtes, ce sera pour nous tous, l’occasion de lever son verre en prenant bien sur la kémia, de nous, et vous souhaiter de bonnes fêtes de Noël et du Jour de l’An.

  L’ANISETTE est une marque à la fois traditionnelle et familière : lorsque les consommateurs parlent de « l’anisette », il s’agit bien entendu de… ?? Cela dépend du goût et de son attachement à son territoire. L’absence de colorants et de réglisse la différencie des pastis.

  Très vite, l’anisette Gras connut la faveur des consommateurs à Oran, à Alger, puis bientôt des deux côtés de la Méditerranée. Faisant partie dès le début du siècle de folklore et de la joie de vivre des Français d’Algérie.

Afin de préserver son goût exquis sans altérer sa blancheur, il est recommandé de servir d’abord l’Anisette, d’y ajouter plus ou moins d’eau, suivant le goût de chacun, et les glaçons en dernier lieu.

Sans oublier bien sur cette mise en garde : l’abus d’alcool est dangereux pour la santé, sachez consommer avec modération

img 2

Un peu d’histoire… L’ANISETTE GRAS

Ce sont les émigrants maltais, venus coloniser l’Algérie, qui les premiers, vers 1835, distillent cette liqueur à base de fenouil sauvage. Son utilité … Combattre le paludisme qui infecte les marécages et décime les populations.

On la boit pure, par petite gorgées, « à la maltaise », dira-t-on plus tard. Sa fonction thérapeutique ne s’arrêterait pas là … diluée, l’anisette soulagerait les gastrites et les nausées … en compresse elle réduirait les entorses et apaiserait les morsures de serpent … en bain de bouche, elle calmerait les infections dentaires. Elle est la panacée de l’armée d’Afrique qui en use et en abuse quand il s’agit de maintenir de vaillants soldats épuisés par les fièvres.

Il faudra attendre 1872 pour que les frères Gras, originaires d’Espagne, lancent à Alger sa formule apéritive, composée cette fois à parti d’anis étoilé. Dans les années qui suivent, sa bouteille carrée reconnaissable à son étiquette blanc et bleu s’orne de toutes les distinctions que la marque reçoit : Médaille d’or à Parie, Alger et Marseille, Médaille d’honneur à Anvers, Grand Prix à Rouen, Grand Prix hors concours à Philippeville et Sidi Bel Abbès ..

En 1884, Pascal et Manuel Limiñana, deux frères venus d’Alicante tenter leur chance en Algérie, se lancent à leur tour dans la fabrication d’anisette et créent au Hamma le Cristal Anis, dont le publicitaire fait côtoyer les emblèmes des trois communautés algériennes : arabes, espagnole et française. Leur production est au départ artisanale. Dans un local situé au milieu d’un terrain vague, les Limiñana distillent eux-mêmes la fleur d’anis dans un alambic rudimentaire, remplissent à tour de rôle les bouteilles, recouvrent le bouchon d’un papier d’argent, puis livrent en araba (charrette) à domicile, et le succès ne tarde pas.

Le Cristal Anis s’impose en Algérie et plus tard s’exportera jusqu’en Nouvelle-Calédonie.

A Oran, la famille Timsitt, qui a obtenu l’autorisation nécessaire des autorités rabbiniques, propose, de son côté, une nouvelle anisette commercialisée sous la marque Phénix. Elle sera, dans les années cinquante, la préférée des Oranais et de la communauté séfarade.

Devenue à l’heure de la « kémia », la boisson incontournable des français d’Algérie, l’anisette avait connu au cours de son histoire divers aléas :

Interdite en 1915, dans la foulée de l’absinthe, rétablie en 1922 avec diverses règles d’usage, comme de ne pas dépasser un degré alcoolique de 45° et une teneur en essence d’anis de deux grammes par litre.

Elle avait été de nouveau interdite sous le gouvernement du Maréchal Pétain … pour être de nouveau autorisée après la guerre … c’est à dire que les autorités jugèrent plus simple de la libéraliser que de traquer tous les contrefacteurs

L’entreprise des frères LIMIÑANA

image3.jpg

La totalité des employés de l’Anis Cristal est originaire d’Espagne.

Dans le quartier Hamma où est le siège de l’exploitation.

image4liminana.jpg

Au départ artisanale …la société s’est peu à peu équipée et ses camions sillonnent non seulement la ville d’Alger … mais partent aussi livrer dans le sud algérien.

Rue des Allumettes à Alger  le nouvel entrepôt de la société.

image5cristal02.jpg

L’Anis Cristal patronne la Famille Hernandez et le Théâtre aux Armées le Stand Anis Cristal à la Foire d’Alger en 1950

image7cristal01.jpgimage8cristal.jpg

img9cristal03.jpg

uncricristal.jpg

   *Un peu d’humour. Question d’anisette 

Les dieux ont soif. » L’anisette on se soûle, on se grise, on devient gai, c’est pas pareil«   Roland Bacri, La légende des siestes, Ed.Ballard

Bonne soirée.

Publié dans Algérie, Anisette | 14 Commentaires »

Samedi 29 octobre 2011- Brassens for ever

Posté par ENO filles le 25 octobre 2011

«  Je ne sais pas si je suis poète, il est possible que je le sois un petit peu, mais peu m’importe. Je mélange des paroles et de la musique, et puis je les chante » Georges Brassens

Brassens chante tout et pour tout le monde. Chaque événement de sa vie, chaque rencontre devient une chanson. Brassens est un autodidacte mais il manipule avec aisance les mots et les notes.

note.jpgUne chanson de Brassens. Cliquez ici

On l’a dit grivois et vulgaire. Il est tout sauf cela en réalité. Il n’y a qu’à voir sur scène, son petit air gêné lorsqu’il prononce ces mots que chacun n’a pas toujours le courage de prononcer.

Brassens est et sera toujours dans nos cœurs et ses chansons à l’honneur.

Et pour nous plus encore puisque nos rencontres annuelles se tiennent à Sète et que « les copains d’abord »  est la chanson de notre groupe

Il est donc normal que le blog participe à cet hommage.

note.jpgRetrouvez-le sur Rencontre 2008

note.jpgBrassens, une vie en 10 images et plus 

ppsbrassenspauleimg.jpg

Réf. L’Internaute

note.jpg Et vous, avez-vous des photos de Brassens et de lieux rares ou insolites où son image est à l’honneur?

Je suis preneuse. Adressez-les ici

Ecoutez-le aussi NON-STOP sur….radiobrassens.com.

Cliquez sur le logo

radiobarssens.jpg

* Sélectionné sur le site:

Interview du 6 janvier 1969 à Paris : Trois hommes dans un salon : Brassens, Brel, Ferré 

les trois monstres sacrés de la chanson française

« Qu’est ce que c’est la chanson pour vous, qu’est ce que c’est la bretelle ? », ça, on s’en fout. L’important, je crois, c’est un peu d’amour qu’on peut distribuer ou recevoir, comme ca, autour d’un micro, par exemple. Maintenant, que nous fassions des chansons depuis vingt ans, qu’on y ait beaucoup travaillé, qu’on ait, comme on dit chez moi, longtemps  » zugumé » sur le métier, et qu’aujourd’hui on puisse chanter tranquillement dans une salle sans savoir ni les flics ni les gens qui viennent siffler, ce n’est que justice, finalement. On fait ce qu’on peut , on dit ce qu’on a envie de dire et il n’y a pas besoin de casser des vitres pour ça » Léo ferré

note.jpg Quelques Manifestations

note.jpg Mardi 24 octobre  «Brassens est en nous»,

note.jpg La télé fête le monstre sacré de la chanson diffusé par L-indépendant du 20 octobre 2011

note.jpg Jeudi 27 octobre 2011 – 22h -La jeunesse de Brassens
Michel Arbatz chante « CHEZ JEANNE »
salle Einstein du Corum – Montpellier
Olivier-Roman Garcia

Du samedi 22 au dimanche 30 octobre : Le festival Intégrale Brassens

integraledebrassensaffiche.jpg

Deux soirées spéciales :
le samedi 22, Brassens aurait eu 90 ans !
le samedi 29, 30ème anniversaire de sa disparition.

Où? Salle Rossini, Mairie du 9ème arrondissement, 6 rue Drouot – Paris 9ème

  note.jpg Et aussi des Diaporamas sur Brassens

à regarder, à écouter et à enregistrer. Merci à l’auteur de ce site

Connaissez-vous Sète ? Voilà qui va intéresser les ENOgauloi(e)s d’Outre-Mer. Cliquez sur les liens ci-dessous

DECOUVRIR SETE

 UN DIAPORAMA SUR SETE AVEC GEORGES BRASSENS

LES JOUTES A SETE

LA REGION DE SETE VUE D’AVION

GEORGES BRASSENS REND HOMMAGE AUX DAMES

GEORGES BRASSENS

Et voilà de quoi passer un bonne fin de semaine en musique et en poésie.

Vive la chanson française et ss ambassadeurs

animationfin.gif

Publié dans 2011, Georges Brassens, Musique | Pas de Commentaires »

FIAC 1974-2011

Posté par ENO filles le 22 octobre 2011

L’Art Contemporain. Où en êtes-vous ?

Parmi les rendez-vous habituels et attendus de l’automne, FIAC, SHOW OFF, ART ELYSEES, GMAC… quand Paris devient un vaste marché de l’art et sans oublier la XIème édition de la Biennale de Lyon jusqu’au 31 décembre 2011. Je profite de l’événement qui se termine demain : la « FIAC 1974-2011 » pour vous parler d’un sujet qui m’est cher et qui a engendré beaucoup de discussions avec mes proches.

Pas intéressés ?…zappez !  mais pas trop vite….

L’Art contemporain a le don d’en hérisser plus d’un qui n’hésitent pas à parler d’usurpation, de profit, de snobisme, d’élitisme etc. …  la liste des superlatifs négatifs est longue mais au-delà de ça il y a sûrement autre chose, n’est-ce- pas ?

*On comprend ou on ne comprend pas, on aime ou on n’aime pas, on s’extasie ou l’on rejette, dans tous les cas…

L’Art est et a toujours été lié à son époque et donc à l’Histoire. Il en est l’expression.

« Il n’y a en art, ni passé, ni futur. L’art qui n’est pas dans le présent ne sera jamais ». Pablo Picasso – 25 Mai 1923
*L’Art est subjectif et véhicule des émotions propres à celui qui offre (l’artiste) et celui qui reçoit (le public).

Si on lui donne comme point de départ 1945 c’est parce que cela correspond au changement provoqué par la guerre et ses conséquences.

L’Art contemporain est par essence même synonyme de déstructuration, d’éphémère. Il déconstruit pour reconstruire et s’appuie sur le discours et le concept. Il figure les dérisions à outrance de la fin du XXe siècle.

« Au fond, par le non-sens apparent avec lequel il pavane ses vanités, l’art contemporain émet donc en ricanant un écho à toutes ces anxiétés collectives de nouveau millénaire »

 Il a la valeur que chacun lui accorde. Il ne renie pas les « merveilles » de l’Art Classique. Il s’appuie sur lui. Il fait comme lui. Il applique les techniques nécessaires à son expression en fonction des apports du « progrès ».

  *Selon Wikipédia : « L’expression « art contemporain » désigne de façon générale et globale l’ensemble des œuvres produites depuis 1945 à nos jours, et ce quelle qu’en soit le style et la pratique esthétique. Dans cette classification périodique, l’art contemporain succède à l’art moderne (1850-1945). Cette désignation s’applique également aux musées, institutions, galeries, foires, salons, biennales, … montrant les œuvres de cette période.
L’expression « art contemporain » est aussi utilisée en France, avec un sens plus restreint, pour désigner les pratiques esthétiques et réalisations d’artistes revendiquant « une avancée dans la progression des avant-gardes». On parle aussi d’art contemporain pour désigner, par convention, l’art des années 1960 et d’après. Le Pop Art marquerait, de ce fait, une rupture par rapport à l’art moderne. » …
*Je pense qu’il faut du temps pour donner un nom d’œuvre à une production et désigner son auteur d’artiste. Oui, il faut bien commencer, c’est sûr! Il y a des personnes qui ont un véritable talent. Pour produire, se consacrer à l’art, il faut- et du temps et de l’argent – sans mécène et sans relation, difficile…
On pourrait dire qu’actuellement l’art est « élitiste ». Et pourtant, il est partout autour de nous. Il suffit de regarder…

*Ceci est-il une œuvre d’art ? telle est la question.

Quels sont les critères de l’art ? A quoi et comment reconnaît-on une œuvre  d’art ?

Une telle interrogation présuppose que l’on sait déjà ce qu’est une œuvre  d’art. Il suffirait, à partir de ce savoir, d’indiquer ces critères communs à toute œuvre, qui permettraient de les identifier.

  Si personne ne nous demande quel est ce critère d’une œuvre  d’art, nous croyons le savoir. Mais, sitôt que l’on nous interroge, nous éprouvons de l’embarras. Nous sommes incapables d’indiquer un critère valable pour l’ensemble des œuvres d’art dans toute leur diversité. Nous constatons avec étonnement que ce savoir n’est qu’une illusion.

Une autre solution consiste à partir des choses et non pas du concept.

Si, donc, nous choisissons comme point de départ cette diversité des œuvres d’art afin d’établir un critère, nous nous trouvons confrontés à d’autres interrogations :

Où trouver ces œuvres d’art ?

Comment les répertorier ?

Comment établir le catalogue de ces œuvres ? 

Quelles sont les limites de cette liste si l’on ne dispose pas d’un concept d’œuvre d’art ?

Bref qu’est-ce qui nous permet de considérer telle ou telle œuvre  comme des œuvres d’art si nous n’avons pas l’idée de ce que c’est.

Nous nous retrouvons dans un cercle vicieux.

*Peut-être faut-il alors revenir à cette idée que nous avions de l’art, idée fatalement trop étroite pour contenir la diversité de ce que les galeries et les musées présentent et exposent, mais qui propose néanmoins un critère par lequel il nous était possible de reconnaître certaines œuvres d’art.

Face à la diversité des œuvres d’art, ne faut-il un principe d’intelligibilité grâce auquel je sache que j’ai affaire à une œuvre  d’art.

*Cette identité, ce principe d’intelligibilité, c’est l’essence de l’œuvre d’art.

 Or, l’œuvre d’art n’est-elle pas cette création unique, singulière et échappe à la classification, à l’assimilation.

*On pourrait commencer par dire que c’est le résultat d’une production humaine. On ne la découvre pas dans la nature.

On aboutirait alors à cette définition restrictive où le terme d’œuvre d’art désignerait toute production humaine échappant à toute entreprise de classification.

Mais, si l’œuvre d’art est une production humaine, inversement, toute production humaine n’est pas une œuvre  d’art. Il faudrait un critère permettant de les distinguer selon une finalité qui se trouve en dehors d’elle-même.
La plupart des productions humaines obéissent à cette règle de finalité et d’utilité. Elles sont fabriquées en fonction d’un besoin qu’il faut satisfaire, telle la maison dessinée par l’architecte et construite par le maçon en fonction de l’idée d’abri.

En revanche, les œuvres d’art sont à elles-mêmes leur propre fin. Elles sont d’abord là pour elles-mêmes et non pour se rendre utiles!

Si l’œuvre d’art possède une utilité, c’est à titre accidentel. Ce n’est donc pas le critère de l’utilité qui fait la nature artistique de l’œuvre d’art. L’art n’est pas indispensable à la vie biologique ou matérielle. Il serait plutôt un luxe.

L’art n’a pas qu’une fonction ornementale ou décorative. Il ne consiste pas à rendre les choses jolies.

Mais le goût des arts et la fascination qu’il exerce sur nous n’est-il pas la marque de notre humanité ?

Le mystère de l’œuvre explique peut-être cette combien fragile magie qui s’exerce si on la préserve.

A quoi tient ce mystère ? A l’œuvre en elle-même ou au mythe qu’elle incarne ? Le sourire de Mona Lisa avait-il la même valeur énigmatique pour L. de Vinci que pour nous? Peut-être la réponse se trouve-t-elle fournie par la psychanalyse – « L’inquiétante étrangeté »chez Freud.

Peut-être la fascination tient-elle à l’impossibilité d’épuiser le sens qui se cache derrière une œuvre.
Même un historien de l’art admet qu’il est impossible de « dire » une œuvre, de la transcrire, de l’expliquer complètement. Aucun discours n’épuise une œuvre  d’art. C’est sans doute ce qui rend toute interprétation infinie.

*Le sociologue Bourdieu suggère que chaque individu réagit à une œuvre en fonction de sa culture.

Kant avait lui une conception universaliste de l’art bien qu’il ait admis que l’origine sociale ou les différences culturelles peuvent constituer un obstacle. Il distingue « ce qui plaît de ce qui est Beau ». Il estime que certaines œuvres peuvent nous plaire sans être belles pour autant et inversement certaines œuvres peuvent être belles sans nous plaire. Il faut juger l’œuvre par rapport à elle-même et non par rapport à une idée préalable.


L’art n’obéit pas à des règles. L’artiste invente ses règles et l’artiste contemporain laisse parler sans hésitation son imagination. Ceci nous contraint à accepter ces nouvelles règles et à découvrir ainsi de nouveaux aspects de la réalité.

Pour Paul Klee, l’œuvre d’art c’est ce qui rend visible. Ainsi, le coucher de soleil n’est devenu objet de contemplation qu’avec le Romantisme. Donc l’attention à certains sujets esthétiques est relativement récente !
La représentation de la nature comme sujet esthétique est tardive. Elle semble contemporaine d’une réflexion philosophique qui fait de la nature un sujet.
L’Antiquité pense d’abord la résistance de l’homme et de la communauté face au cosmos.

Pour Eschyle, Sophocle  les artistes sont les « tragédiens de la transgression qui rompt la séparation entre culture et nature »

*Depuis le Moyen-Age, notre vision de la nature a changé : il s’agit de reconnaissance du sens divin dans le livre de la nature.
Dans « l’apostille au Nom de la rose » Umberto Eco dit savoir « comment le moine perçoit le feu qui flambe ».
*Chez Bachelard, le « percevoir » est donc « surdéterminé culturellement, il n’est pas neutre (…) »

 *Pour Pierre Soulages, Christian Boltanski, Daniel Buren, il faut « rendre visible l’invisible »

 Pierre Soulages (j’adore, j’ai aussi travaillé ses œuvres en direct avec mes petits élèves!) fait surgir du noir toute une palette de nuances, de variantes inattendues de nouvelles couleurs, une étrange vie que lui donne la lumière. Il nous montre que là où l’on s’attend à trouver juste du noir, une couleur sans vie, banale, opaque, sans intérêt… on trouve  » tout un monde ». Les enfants ne s’y sont pas trompés.

*Chez Hartung le mouvement se travaille en musique. Etc…

Notre projet s’appelait Reg’Art ou Percevoir pour mieux savoir… tout un programme!

Bref, l’artiste nous fait prendre conscience de l’existence d’un monde là où nos a priori et l’absence d’un regard véritable ne nous permettent de ne rien voir faute de n’avoir rien cherché.

*Chez le nouveau réaliste Armand, les poubelles, les empilements, les entassements signifient un « recyclage poétique du réel urbain, industriel, publicitaire » selon Pierre Restany

*L’art devient alors pour le spectateur un champ d’expérimentation pourvu qu’il accepte de se prêter au jeu.

 Alors, si l’art consiste à montrer quelque chose que l’on ne voyait pas, l’art n’a-t-il pas alors pour vocation d’exprimer la réalité ?

  *Dans les années 70, les artistes conceptuels considèrent que la seule fonction de l’œuvre est de se définir en tant qu’œuvre, de devenir commentaire d’elle-même. Autrement dit « l’œuvre d’art est un discours sur l’art ». Elle vise à expérimenter de nouvelles possibilités, de nouveaux champs. La réflexion de l’art sur lui-même devient central.

Et parallèlement, l’art se veut didactique et n’entend plus laisser au critique le monopole du discours sur l’art.

L’exemple de Duchamp mérite d’être retenu puisqu’il inaugure ce mouvement de l’art conceptuel. Duchamp a exposé des  »  ready-made  », objets manufacturés tels que le porte-bouteilles, la roue de bicyclette ou encore l’Urinoir. Evidemment, ce coup de théâtre fit scandale en son temps. Il y avait alors quelque chose de révolutionnaire à exposer des objets empruntés à la banalité du quotidien et à les exposer telles qu’elles sans y apporter la moindre modification. Finalement le travail de l’artiste se réduisait là à la signature et au fait d’introduire dans un lieu institutionnalisé comme une galerie, un objet qui n’avait à l’origine absolument rien d’une œuvre  d’art.

Ce réemploi est largement utilisé à la Maternelle et a été à la base de mon enseignement des arts plastiques. Un jour, mes petits élèves de 3 ans habitués à la discussion autour des œuvres d’art, en entrant dans la galerie où nous exposions nos œuvres en même temps que de véritables artistes, ont remarqué un vase de fleurs placé au centre de la pièce. Sans hésitation, ils sont allé s‘asseoir en rond autour du vase, attendant que je m’approche, prêts à discuter sur l’ « œuvre exposée » !!!
On peut se demander si Duchamp n’a pas contribué dans une certaine mesure à repenser la façon de regarder les choses les plus anodines.

*Je vous laisse vous aussi réfléchir à tout cela en regardant ces images. Ecartez vos a priori et acceptez de pénétrer dans ce monde « contemporain »  qui nous échappe encore parfois.

HISTOIRES DE FIAC 1974-2011  Cliquer ici

ou là : Antoine Tapiés

ou encore sur le diaporama ci-dessous

artenvracimg.jpg

Publié dans 2011, Algérie, Arts Plastiques, FIAC | Pas de Commentaires »

Rencontre ENO octobre 1957

Posté par ENO filles le 26 septembre 2011

Un message de Pierre Escande à tou(te)s les normalien(ne)s

BONJOUR PAULE,

JE TE REMERCIE POUR LES COURRIELS QUE TU NOUS ENVOIES ET POUR TON ENORME TRAVAIL DE REGROUPEMENT DE NOS SOUVENIRS COMMUNS DANS CE FORMIDABLE SITE DE L’EN DE FILLES D’ORAN, COMME LE FAIT JEAN ( petite précision: le webmaster du site ENOG est Robert Rodriguez. Jean est l’initiateur actif de ce site. Et il ne faut pas oublier Lucien Martinez et ses animations: le trio infernal quoi !!! ) POUR LE SITE DE L’EN DE GARÇONS.

TU SAIS QUE DEPUIS PLUS DE 30 ANS JE RÉSIDE AU MEXIQUE ET SUIS MÊME DE NATIONALITÉ MEXICAINE.

mexicocityverano2009327.jpg

Mexico, city

J’ai terminé ma carrière de prof d’espagnol au Lycée français de Mexico y me casé con una dama mexicana.

elhuertoverano2009226.jpg 

Catemaco, el HUERTO, centre d’education ambiental à 550 kms de Mexico

au bord du lac de Catemaco dans l’etat de Veracruz

NOUS SOMMES DE LA MÊME PROMOTION, 1957, ET EN RETOURNANT FEUILLETER LES PAGES (OU PLUTÒT CLIQUER) CELLES DE CES ANNÉES HEUREUSES J’AI RETROUVÉ ( NOSTALGIE OBLIGE! ) LES NOMS ET LES VISAGES (GRACE AUX PHOTOS) DE TOUTES LES JEUNES FILLES QUE VOUS ÉTIEZ (NOUS AVIONS ENTRE 15 ET 16 ANS!!) SURTOUT CELLES D’AÏN-TEMOUCHENT QUE NOUS CONNAISSIONS MIEUX.

Une confession: j’étais alors amoureux d’Yvette Santiago yvettesantiago.jpg

qui faisait partie de la bande de copains et copines des étés passés à Oued-el-Hallouf, la plage de Témouchent.

AUSSI EN CLIQUANT SUR MON DOSSIER D’IMAGES SCANNÉES J’AI RETROUVÉ CES DEUX PHOTOS D’UNE SOI-DISANT RENCONTRE DE NOS PROMOTIONS 57 À LA PROMENADE DE L’ETANG EN HAUT DU FRONT DE MER………, SOI-DISANT, CAR NOUS N’ÉTIONS QUE 5: 3 GARÇONS ET DEUX FILLES !!! TU VOIS, LES TRADITIONS, DÉJÀ SE PERDAIENT À CETTE ÉPOQUE….

Les gars étaient: Camille Murcia, Jean Pierre Montoya et moi, Pierre Escande.

Et les deux vaillantes nanas: Fabienne Blesson et Evelyne Caillat !!!

La preuve en images

image2noms.jpg

image1.jpg

Cela devait se passer en octobre ou novembre 1957, un dimanche certainement, si nos copines sont encore de ce monde et si tu as le contact demande-leur de nous confirmer ces souvenirs…. »que reste-t-il de ces beaux jours:::::? »  si Alzheimer n’est pas passé par là !!

Besos y abrazos a todos y a todas ».

PIERRE ESCANDE MIQUEL
CENTROS ECOCLUB MEXICO
TELS: 52 55434511-56878003-55436294
CORREO:
pierrescande@yahoo.com

ps/ El Centros Ecoclub est une société de création de classes vertes et de centres de vacances.

Quand à ma photo……. »les 3 mousquetaires et 20 ans après » c’est pas la même chose !!!

Merci Pierre et bonne continuation dans ta belle cité. Y-aurait-il de la place dans ton centre de vacances pour tes ancien(ne)s camarades. Je suis partante….

Publié dans ENOG, Memoire | 3 Commentaires »

Un message de Céline Berte

Posté par ENO filles le 18 septembre 2011

« Vendredi sera la journée mondiale du Cancer

Petite demande de Céline pour vendredi: J‘apprécierais si vous pouviez envoyer cette demande. Merci d’avance 
SVP faire circuler, même si ce n’est qu’ a une personne. Ceci est en mémoire des personnes que vous connaissez ou ceux et celles qui en sont victimes…  N’éteignez pas cette chandelle, Merci ! Tristement 93% ne la feront pas suivre ! »

- Je fais suivre Céline , à ma manière. Ainsi nul ne pourra l’effacer .

Bougie

Publié dans 2011, Santé | Pas de Commentaires »

DERNIERE RENCONTRE ANNUELLE SETE 2011

Posté par ENO filles le 15 septembre 2011

La rentrée du blog

Bonjour les filles.

Je suis toujours bien occupée avec mes travaux d’aménagement qui n’en finissent pas  et bien sûr je n’ai pas trop la tête à rédiger des articles sur le blog.

J’espérais davantage de photos de votre rencontre pour en faire une présentation plus attrayante mais il semble que tout le monde soit encore bien occupé avec famille et amis en cette période de l’été indien (pas pour tout le monde, je sais!)  donc je vais me contenter du charmant compte-rendu que m’a transmis notre amie Fabienne Blesson accompagné de quelques photos. Voici un petit diaporama pour vous faire patienter. Cliquer sur le titre

SETE 2011 Tous les garçons et les filles…

boutonclignotant.gif  Pour lire ce diaporama  cliquer comme indiqué dans la présentation du blog

DU COTE DES NANAS

« Comme chaque fois, ce fut un grand plaisir de se retrouver «  chez nous «  au Lazaret. Notre organisatrice Josette était bien là pour accueillir sa troupe d’anciennes et de nouvelles. Hé oui, cette année notre groupe s’est agrandi avec la venue tant attendue d’Evelyne Caillat-Metge, Marie –Ange Batifol et une petite dernière inconnue au bataillon Christiane Muller Terzi. Pour les deux premières elles n’étaient pas des inconnues et se sont vite retrouvées fêtées, entourées, questionnées, assimilées au groupe….Mais Christiane, arrivée seule, un peu perdue, n’a pas mis longtemps à s’intégrer de façon magistrale. Je sais qu’elle ne s’est pas ennuyée une seconde et ne regrette pas le déplacement…… Ces trois dernières recrues ont été adoptées à l’unanimité et elles nous feraient grand plaisir en se joignant à nous encore et encore….. Pour  toutes, ce furent comme d’habitude des moments de fête, de rires, de complicité, de partage.

  Merci vraiment à Séti qui nous a régalées et par ses gâteaux et surtout la lettre jointe au colis. L’ouverture du colis devant ces gourmandes et l’émotion palpable pendant la lecture de cette lettre  furent un grand moment. Merci  à toi Séti. Tu nous as eues……..

  Le temps étant superbe nous avons pu nous offrir de longs moments de papotage et bronzage sur la plage. 

  Le parc, et ses grands pins, nous a accueilli pour nos apéritifs améliorés…. Nous avons été gâtées par les  préparations de Patrick  Quel amour ! cet homme. Josette ne me reprochera pas  ces compliments, ils sont mérités. Le superbe foie gras de Marie-Louise ( Marie-Louise si tu savais comme on t’aime, comme on t’aime…..) et les différentes boissons  un «  peu » alcoolisées des unes et des autres…

  Le parc a retenti une fois encore de nos chants, non pas en «  canons », mais chants un peu braillards.

  Comme d’habitude nous avons fait notre shopping estival chez notre commerçant attitré.

  Si nous nous étions habillées et chaussées avec nos nouveautés, le Lazaret aurait remporté la palme du festival. Ils auraient pu constater que nous avions à peu de chose près les mêmes gouts tant pour les fringues que pour les chaussures….Dommage que nous n’ayons pas pensé à faire ce défilé….

ndlr: c’est parce que je n’étais pas avec vous !!!!

  C’est sûr à Sète, au Lazaret, nous nous sentons bien. Nous ne sommes pas les seules  d’ailleurs.

  Les normaliens  semblent du même avis que nous.

  Notre cohabitation s’est passée fort agréablement, pourquoi ne pas continuer d’ailleurs ?

  Les soirées en commun, sous la houlette de Jean ont fait merveille. Que de rires  pendant ces soirées….cette ambiance cool, avec la participation de tous de façon très naturelle. Oui, il faut le dire  nous avons  apprécié. Qu’ils en soient remerciés.

  Ce séjour fut une réussite. Je n’ai pas vu passer le temps. Je ne me souviens même pas de l’assemblée  générale. Y en a-t-il eu une ? Si oui à quel moment ? J’espère que vous avez décidé de remettre cela l’année prochaine.

  Je me suis laissée emporter par ce tourbillon de folie ….

  J’ai chanté, dansé, ri, j’ai pris tout ce qu’il y avait à prendre de bon et j’espère que vous en avez fait tout autant.

  A votre tour de faire vos commentaires.  Mon amitié vous est acquise.

  Fabienne

ET DU COTE DES MECS

Un autre témoignage intéressant, celui de Jean que vous retrouverez dans sont intégralité sur le site des garçons – Suivre le lien Sète 2011 -

Après la réussite de notre rencontre à Carqueiranne, en juin 2010, les copains de promo m’avaient demandé de prévoir un nouveau rassemblement pour 2011, si possible au bord de la mer. Comme nos amies normaliennes d’Oran avaient décidé de se retrouver au centre de vacances du Lazaret de Sète et comme nous avions été ravis de partager avec elles une soirée mémorable dans le Var, j’ai pris contact avec les responsables du centre et j’ai sollicité ma petite troupe dans l’espoir de faire mieux que l’an dernier.

Je n’ai pas été déçu, même si certains amis comme Michel Anglada ou Bernard Zimmerman n’ont pu répondre favorablement à mon appel. Mais j’ai obtenu l’adhésion spontanée d’Antoine et Francine Marin, d’André Leroux, de Bibi et Annie Boussouar, de Bernard Hernandez dont l’épouse Marcelle Victoria, était inscrite avec ses amies de l’ENO. Comme nous étions tout près de Montpellier, René Lazaro, Gilbert Cortesero et Roland Pérez, les régionaux de l’étape, ne pouvaient que nous rejoindre, ne serait-ce que pour une journée.

Mais notre joie allait atteindre son paroxysme lorsque j’ai retrouvé grâce à Gilbert nos amis Maurice, Loulou (img 2) et Robert Cohen Addad qui avec leurs charmantes épouses, se sont associés immédiatement à notre groupe.

De plus, Jacqueline Bellido, la veuve de notre camarade Jean-Claude, est venue avec son fils Fred et sa fille Laurence pour connaître les copains de celui qui nous a quittés l’an dernier, après avoir lutté courageusement contre la maladie.

Et enfin, j’avais invité deux amis très chers à mon cœur : Robert Rodriguez (Promo 55-59) pour le remercier de son travail remarquable pour notre site et Germaine Gosselin qui n’est autre que la fille de notre prof de Sciences Nat, Monsieur Péquignat et surtout mon  » Arlésienne  » d’Oran ! Ajoutez encore à ce groupe ce pote que je n’avais pas revu depuis 1958 et qui est venu spécialement de son île de St Barth pour revoir ses amis le fameux  » Zabriskie. Point  » de vos messageries, l’inénarrable Régis Vargas ! Le bonheur total !

La première journée a été réservée à l’accueil et à l’évocation des souvenirs .L’arrivée de Robert et Josette Cohen n’est pas passée inaperçue.  » Prosper  » n’a rien perdu de sa verve, même après 52 ans d’éloignement. Il n’a pas dû avoir du mal à s’intégrer à la population de Villeneuve/Lot où il réside depuis fort longtemps. A l’heure de l’apéro, l’anisette et le pastis ont délié les langues et ravivé les mémoires.

La seconde journée fut encore plus animée, surtout quand la troupe se retrouva au complet avec les Montpelliérains et Maurice Loulou, venu de Maurepas avec son épouse. Qui aurait pu reconnaître le play-boy de Relizane, avec sa barbe fleurie, son bermuda de campeur et sa casquette américaine ? Comme il était le dernier arrivé, nous en avons déduit que c’était forcément notre pote, agrégé de mathématiques, s’il vous plaît !

 Concours de pétanque et apéro, le matin et balade-découverte de Sète l’après-midi, photos de groupe, dîner au Centre et soirée récréative dans la salle de l’Oratoire, avec nos copines de l’EN. Quelques jeux avec de petits cadeaux de Roumanie, des danses de salon mais aussi des danses folkloriques avec quelques  » courageux volontaires « , des boissons et des gâteaux, une veillée chaleureuse appréciée par tout le groupe !

 Le mercredi 18, les Perrégaulois ont défié les Témouchentois à la pétanque mais par amitié et modestie, ils ne diront pas qu’ils les ont battus deux fois. L’apéro de midi a atténué bien des  » chagrins  » et rétabli la franche camaraderie qui nous unit ! Après le repas, nous avons visité le cimetière marin où Paul Valéry est bien caché… puis, de l’autre côté de la ville, nous nous sommes recueillis sur la tombe de Georges Brassens dont les chansons ont bercé notre adolescence à l’EN, surtout celle que nous avons chantée comme un hymne, en Avignon, en 2009 :  » Les Copains d’abord « .  

La deuxième soirée avec les Normaliennes fut sans doute plus spontanée que la première mais plus réussie, à mon sens, car tout le monde a adhéré à mes animations, y compris Josette Pastor malgré sa canne et ses problèmes de locomotion. Robert a gagné le concours de ballons à crever, malgré une patte  » folle « . Mon Dieu, prothésez-le !

 A l’heure du départ, le 19 au matin, nous avons encore trouvé le moyen et la force de chanter et de gesticuler avec l’adorable Fabienne et son  » petit Savoyard « . J’ai ramené Robert et Germaine à la gare de Sète en sachant que je les reverrai bientôt ! Avec quelques  » volontaires « , nous sommes allés à Bouzigues pour jeter un mauvais sort aux plateaux de fruits de mer qui font la réputation de cette belle région de France.

Pour l’année prochaine, il me reste à décider ceux que j’ai retrouvés et qui ne se sont pas encore joints à nous : Antoine DE MIRAS, Camille MARTINEZ, Jean BADAROUX, Juan BAUZA, Jacky DIACONO, Serge AVEILLAN, et aussi Michel et Bernard qui sont venus avec nous l’an dernier. Les inscriptions sont ouvertes, qu’on se le dise ! Création Jean Weingaertner et Robert RODRIGUEZ, Promotion 1955-1959 

Publié dans 2011, Diaporamas, Rencontres 2011 | 5 Commentaires »

12
 

FRANCE CONNEXIONS |
Au Bon Coin de Caudry |
rubetva |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Apocalyptus
| أهلا...
| margaux