• Accueil
  • > Recherche : nelly fille daniel auteuil

Résultats de votre recherche

La fille du puisatier

Posté par ENO filles le 17 mars 2011

02red.jpg

En plein printemps du cinéma c’est le premier long métrage de Daniel Auteuil, acteur et réalisateur de cette œuvre« La Fille du Puisatier«  

lafilledupuisatier19402.jpg  lafilledupuisatieraffiche2.jpg

…dont un premier film de Marcel Pagnol a été réalisé en 1940. Avec: Fernandel, Raimu, Josette Day, Charpin. 

1941amorettietfille.jpg    2011amorettietfille.jpg

Je connaissais déjà cette première version de ce film de Pagnol sorti en 1941 l’année de ma naissance. Non, je n’étais pas encore cinéphile à cette époque….rires. Et j’ai lu le livre bien sûr !

marcelpagnol1.jpgmarcelpagnol2.jpg

Marcel Pagnol« Dramaturge, historien, cinéaste, essayiste (« Le rire » un essai que j’ai lu en riant….), romancier et poète, Marcel Pagnol est l’un des auteurs les plus célèbres du 20ème siècle avec une bibliographie riche et variée »  Je suis une fan de Pagnol, de ses récits et de ses films. J’ai bien presque tout lu et presque tout vu.  Mais là en plus il y avait Daniel Auteuil qui a toujours su interpréter les rôles de ces histoires avec un talent immense et qui cette fois l’a mis en scène. 

Biographie de Daniel Auteuil

Né à Alger, Daniel Auteuil grandit à Avignon dans un environnement artistique -ses parents sont chanteurs lyriques. Se passionnant très tôt pour le théâtre, il monte à Paris où, recalé au Conservatoire, il s’inscrit au Cours Florent. A 20 ans, il rencontre Georges Wilson, qui lui offre un petit rôle dans la pièce Early morning, puis joue dans Godspell, une comédie musicale qui tient l’affiche pendant deux ans. Il fait sa première apparition à l’écran en 1974 dans L’Agression de Gérard Pirès. Si, à ses débuts, il tient souvent des rôles de voyou -on le remarque en 1978 dans L’ Amour violé-, l’acteur accède à la popularité grâce à des comédies à succès du début des années 80, de Pour cent briques t’as plus rien… aux Sous-doués de Zidi.
Mais Daniel Auteuil devra attendre Jean de Florette de Berri en 1986 pour obtenir la reconnaissance de ses pairs. lire la suite
ici

C’est donc avec émotion que je me suis rendue à cette avant-première. Et émotion il y a eu puisque j’y ai versé quelques larmes. Et je n’étais pas la seule. La salle grouillait de monde et entre autres une nuée de collégiens. Comme il est bon de voir des profs offrir à leurs élèves le plaisir d’entendre et d’apprécier la langue de Pagnol!

Le modernisme de cette version ne m’a pas échappé mais il renforce encore le mode de vie d’un monde déjà lointain.

La distribution

danielauteuil1.jpg   lafille.jpg

Pour son film, il a réuni une distribution composée de lui-même, Kad Merad, Sabine Azéma, Jean-Pierre Darroussin, Marie-Anne Chazel, Astrid Berges-Frisbey, la révélation de La Première Etoile, attendue dans Pirates des Caraïbes 4, Nicolas Duvauchelle et… son propre fils ! En effet, l’enfant qu’il a eu avec son épouse Aude Ambroggi, Zachary, alias Zach, 1 an, a joué le rôle de l’enfant interdit, celui de la Fille du puisatier et du garçon de riche famille. Voilà un petit garçon qui commence bien tôt sa carrière de comédien. Daniel Auteuil est également papa de deux filles : Aurore 31 ans, comédienne, qui l’a fait grand-père en 2009 et Nelly, 19 ans, fille qu’il a eu avec Emmanuelle Béart.

Plus de détails?

Daniel Auteuil : Pascal Amoretti, le puisatier Kad Merad : Félipe Rambert Àstrid Bergès-Frisbey : Patricia Amoretti Zachary Auteuil (le bébé): Amoretti Sabine Azéma : Madame Mazel Jean-Pierre Darroussin : Monsieur Mazel Nicolas Duvauchelle : Jacques Mazel Émilie Cazenave : Amanda 

Marie-Anne Chazel : Nathalie Coline Bosso : Isabelle Chloé Malarde : Marie Brune Coustellier Léonore  Ilona Porte : Roberte Jean-Louis Barcelona : le commis Patrick Bosso : le garçon François-Éric Gendron : le capitaine Michèle Granier : la bonne Mélanie Gérard Montel : l’homme de la terrasse Salvatore Caltabiano : doublure puisatier 

lesparents1941.jpg 

lesparents2011.jpg

Un petit résumé de l’histoire : 

Patricia, la fille ainée du puisatier Amoretti est enceinte des oeuvres d’un bel aviateur parti pour le front et dont on est sans nouvelles. Les parents du séducteur, croyant leur fils mort, veulent adopter l’enfant qu’ils ont d’abord dédaigné. Mais, le puisatier refuse avec hauteur. Tout s’arrangera avec le retour du soldat.

Après le film, Monsieur Daniel Auteuil 

Pour l’apercevoir et l’entendre parler cliquez ici (images et sons sont de mauvaise qualité, je n’ai pas pu faire mieux, désolée!)

danielauteuilconversation.jpg

 A la fin du film Monsieur Daniel Auteuil est venu en personne nous apporter quelques éclaircissements sur sa conception de la mise en scène de cette histoire.

Je vous livre ici quelques bribes de son interprétation. Son intervention a été chaleureuse, simple et empreinte de gentillesse et d’amour.

D.A. « C’est très émouvant pour moi de … l’impact de ce film surtout après 2 ans de travail. C’est vrai que je tenais absolument à ….vous serrer la main … Je vous remercie de cet accueil et puis….rien d’autre … j’ai hâte de (vous montrer ce film) …. voilà…. applaudissements… En tout cas ce film est pour vous, rien que pour vous. 

J’ai eu envie de dire à Daniel Auteuil toute l’émotion que j’ai ressentie tout au long de la projection. Mais j’ai été submergée par cette émotion et les mots ne sont pas sortis comme je l’aurais voulu. Tant pis. Je suis contente de les avoir quand même dits 

Moi : « Je voulais juste dire que lorsqu’on fait un film sur Pagnol et sur la Provence, on lui assure 99% de réussite, mais en fait le 1% restant est l’essentiel : c’est le travail, c’est le savoir-faire, c’est l’amour  et c’est ce qui fait tout le succès de ce film. Merci Monsieur Daniel Auteuil de nous avoir offert votre talent » 

D.A. Pas tant que ça… parce que j’ai beaucoup travaillé… 

Est-ce facile de diriger et de jouer en même temps ?  

D.A. Oui…. et puis …  justement je ne me suis pas dirigé. Ca fait un acteur de moins à s’occuper, j’étais peinard…rires… Sinon j’ai eu beaucoup de plaisir à fabriquer les images et à m’occuper des autres acteurs et à raconter cette histoire. C’étais…oui… j’étais habité…. j’étais porté, ce qui fait que je ne me posais pas la question de voir comment je devais jouer telle et telle scène. Je la jouais et j’étais embarqué par … 

Que pouvez-vous dire de votre rôle ? 

D.A. « Mon rôle -le puisatier- ?  Il est représentatif tout de suite. On sait tout de suite qu’il ne vous fera pas de mal, on sait qu’il ne vous trahira pas et puis pour moi il représente le Sud, il représente tous les Suds, et puis j’aime son sourire, j’aime sa franchise … et puis pour raconter des histoires comme ça, populaires il faut des acteurs qu’on identifie immé-diatement. On n’a pas le temps de se raconter des trucs…voilà !….C’est évident !

En revanche pour la jeune fille, j’avais envie que ce soit une vraie découverte, que le public découvre une nouvelle actrice et qu’il puisse entrer doucement avec elle dans son histoire …. Chaque acteur effectivement a été choisi avec …plaisir… » 

Pourquoi ce choix ? 

D.A. « La fille du Puisatier c’est un choix de la famille de Pagnol. C’est Jacqueline Pagnol qui m’a dit: « Maintenant tu as l’âge de jouer les grands rôles du répertoire de Marcel et je te propose de jouer la fille du puisatier » … Et oui j’ai l’âge….rires …. Qui vois-tu comme metteur en scène ? J’ai pas réfléchi et j’ai répondu : « moi »… rires«  

Et que pensez-vous des autres films ? 

D.A. « Je n’ai pas à les égaler, ils sont là, ils existent  pour toute l’éternité, pour toujours, c’étaient des monuments, des… Mais je considère que c’était dommage de laisser enfermés dans des boites le souvenir de ce texte là et je trouvais formidable pour les nouvelles générations que les acteurs de leur époque viennent leur transmettre ces textes et ces émotions là. Les grands rôles sont faits pour être joués par les acteurs de générations en générations, de la même façon qu’on joue Molière, qu’on joue Marivaux …. Pagnol avait cette force-là et c’est ça qu’en le mettant en scène, je voudrais…, et aussi que tous les acteurs viendront et apprendront….rires«  

Le texte 

D.A. « J’ai changé l’ordre, j’ai essayé de le rendre accessible… J’ai travaillé dans ce sens à donner à entendre ce texte comme si on le disait pour la première fois , on l’entendait pour la première fois. Et j’ai enlevé tout ce que je trouvais dater. La façon de faire rire a pu changer. En revanche la façon d’aimer et de dire je t’aime ou de pas l’dire parce qu’on n’y arrive pas comme mon personnage, fait que… elle est universelle  et intemporelle. Voilà ! Ce que Pagnol écrit il aurait pu l’écrire s’il avait été Virgile il y a des milliers d’années et ça pourra s’écrire encore dans des milliers d’années, voilà ! C’est l’histoire de l’Humanité ».

Question X… D.A. « On peut arriver deux ans et … arriver à rien ». 

Question X… D.A. « Je me suis laissé porter par le texte. Et c’est le texte qui me créait des envies d’images. Le texte me disait comment placer les gens, comment les faire se déplacer ….  J’ai travaillé et je dirais que le dénominateur commun à tous ces metteurs en scène est «grande rigueur » et je me suis concentré sur cette rigueur-là et sur ce travail-là, voilà !…. travail précis, dans le détail et dans la forme, et crédible… 

Voilà, je crois qu’en toute modestie Daniel Auteuil a expliqué ses motivations, ses émotions et son travail. Allez voir ce film, il ne vous décevra pas… 

Les musiques choisies sont aussi chargées d’émotions ».

Propos de Daniel Auteuil sur la musique, recueillis sur le Web 

« Je voulais que la musique ne soit pas là juste pour accompagner les images mais pour qu’on l’écoute. La musique, pour moi, ce n’est pas un bruit de fond, c’est vraiment un acteur à part entière. Et c’était magique d’aller dans le studio d’Alexandre Desplat pour écouter ses compositions qui portent si bien les sentiments du film » 

alexandredesplatphoto.jpg

Ce que j’en ai pensé?

GRAND !!!

« J’aimerais vous dire avec les mots de Marcel Pagnol que le bonheur-e chantait en moi comm-e les cigal-es de cett-e région magiqu-e qu’est la Provenc-e. Un mélang-e, que dis-je, une ratatouill-e de parfums, un-e  point-e d’accent aussi aiguisée que la point-e d’ail qui parfum-e la région autant que la lavand-e, des visag-es chargés d’authenticité, des paysag-es beaux à fair-e se réveiller Van Gogh, Cézanne et les autr-es et ces mots qui enchant-ent nos oreill-es et nous font rir-e ou pleurer sans mêm-e y penser. Une bouffée d’oxygèn-e qu’il faut respirer en fermant les yeux. Les acteurs étaient criants de vérité et le petit bébé était la grâc-e mêm-e.  Le délug-e qui nous est tombé sur la têt-e à la sorti-e ce jour-là  est resté sans effet sur  mon petit chapeau sorti pour-e l’occasion tant je planais sur un nuag-e.  Encor-e « Merci Daniel Auteuil  » 

Voilà !!! 

Et toujours à propos de Pagnol, j’ai eu aussi le bonheur de rencontrer Monsieur Michel Galabru au cours dela représentation de la pièce de théâtre « Merlusse » qui a été jouée au Festival d’Aubagne et ensuite diffusée dans l’émission « Au théâtre ce soir ».

J’ai eu le plaisir et l’honneur d’assister au casting qui a permis de trouver les jeunes enfants qui ont joué dans la pièce car pour cela j’avais autorisé l’utilisation de la salle de jeux de mon école maternelle à Toulon.

Le metteur en scène Daniel Mesini et son épouse Chantal, actrice, était parents d’élèves de mon établissement et ils nous ont souvent  prêté leur talent.

Eléments de décor et lieux

La locomotive à vapeur Mikado 141 R 1126 du train qui arrive et part dans les scènes tournées en gare de Brignoles (la gare de Salon-de-Provence dans le film), a été spécialement modifiée pour ressembler à une locomotive de la fin des années 1930 (on lui a ôté ses pare-fumée)

Fin des prises de vue à Cavaillon le 24 mai 2010 dans l’ancienne quincaillerie cours Bournissac (source : La Provence du 25 mai 2010).

Et pour finir un petit Quiz

Connaissez-vous la Provence ? Cliquez sur l’image

laprovence.jpg

Publié dans 2011, Cinéma | 4 Commentaires »

 

FRANCE CONNEXIONS |
Au Bon Coin de Caudry |
rubetva |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Apocalyptus
| أهلا...
| margaux